Le Bloc Québécois demande la ratification du protocole sur la biosécurité

Ottawa (Ontario), 27 février 2003 – Fort de l’appui du Réseau Québécois contre les OGM et de Greenpeace, le porte–parole du Bloc Québécois en matière d’Environnement et député de Rosemont–Petite–Patrie, Bernard Bigras, réclame la ratification, par le Canada, du Protocole de Cartagena sur la biosécurité tel que proposé dans sa motion qui sera débattue à la Chambre des communes. « Par la ratification du Protocole de Cartagena, le gouvernement fédéral se doterait d’un instrument légal efficace pour encadrer la manipulation des organismes vivants modifiés au pays et garantir l’imputabilité des promoteurs pour d’éventuels dommages causés à la santé et à l’environnement », a déclaré Bernard Bigras.

« Il n’existe actuellement aucune exigence rigoureuse en matière de biosécurité au Canada, alors que les cultures transgéniques y occupent une superficie supérieure à 3 millions d’hectares. Il est donc extrêmement difficile de garantir la parfaite ségrégation des cultures transgéniques, qui peuvent à tout moment contaminer les cultures environnantes, que ce soit lors du transport, de la manutention ou par pollinisation croisée. L’entrée en vigueur du Protocole de Cartagena contribuerait à diminuer les risques de contamination causés par les cultures transgéniques », a déclaré Bernard Bigras.

La motion présentée par le Bloc Québécois a reçu l’appui de Greenpeace et du Réseau Québécois contre les OGM qui regroupe une vingtaine d’organisations. Selon le porte–parole du Réseau et le responsable de la campagne contre les OGM chez Greenpeace, Éric Darier, le gouvernement fédéral ne doit pas, pour la ratification du Protocole de Cartagena, entreprendre la même valse–hésitation que pour la ratification du Protocole de Kyoto sur les changements climatiques.

« Nous espérons que Jean Chrétien ajoutera la ratification du protocole sur la biosécurité à son héritage politique. Il est important de mettre fin à la dissémination des OGM au Canada. D’ici là, le gouvernement Chrétien pourrait d’abord imposer l’étiquetage obligatoire des aliments contenant des OGM, comme le réclame plus de 90 % des gens au Canada », a conclu Éric Darier.

À ce jour, 44 pays ont ratifié le Protocole de Cartagena, qui entrera en vigueur au moment de la 50ème ratification.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bloc québécois
http://www.blocquebecois.org/

Commentaires