Mortalité des abeilles : l’Ontario se mobilise

La mortalité des abeilles et le lien possible avec l’utilisation d’insecticides en enrobage de semences fait grand bruit en Ontario.

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation de l’Ontario (MAAO) invite les producteurs à adopter des bonnes pratiques pour éviter l’exposition des abeilles à de la poussière contenant des néonicotinoïdes. La première étape consiste à éviter l’utilisation de ces insecticides lorsqu’ils ne sont pas nécessaires.

Sur son blogue, l’entomologiste du MAAO Tracey Baute propose un survol des principales conclusions d’une enquête sur les mortalités d’abeilles lors de la période des semis en 2012. L’enquête a été réalisée par l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA), avec la collaboration d’inspecteurs apicoles du gouvernement de l’Ontario. En tout, 240 ruchers ont été visités.

-Les mortalités ont coïncidé avec les semis de maïs. Les producteurs ont confirmé avoir ensemencé de grandes superficies près des ruchers en question, plusieurs utilisant des semoirs à vacuum négatif et du talc.

-Les symptômes des abeilles correspondaient à ceux d’un empoisonnement aux néonicotinoïdes

-Au printemps 2012, les colonies d’abeilles étaient fortes. La survie à l’hiver avait été particulièrement bonne.

-À l’exception des ruchers d’un seul apiculteur, il n’y avait aucune indication révélant la présence élevée de maladies ou de ravageurs, selon des inspections antérieures.

-Des échantillons ont été collectés de ruches affectées et de ruches pas affectées. Sur les 127 échantillons d’abeilles mortes ou léthargiques provenant de ruches affectées, 73 % contenaient des traces de clothianidine. Dans les ruches saines, un seul échantillon contenait de la clothianidine.

-Sur les 240 ruchers visités, dans 98 % des cas, les résultats d’analyses portent l’ARLA à croire que la clothianidine ou le thiaméthoxame – deux néonicotinoïdes utilisés dans les traitements de semence de maïs – ont contribué à la mortalité des abeilles.

-Le printemps sec et chaud de 2012 est perçu comme un facteur accentuant la mortalité des abeilles, mais au printemps 2013, l’ARLA a reçu un nombre de rapports de mortalités comparable à 2012. L’enquête pour la saison 2013 est encore en cours.

Lire le blogue de Tracey Baute (en anglais)

Sur le site de l’ARLA : Évaluation de la mortalité chez les abeilles pendant la période de semis du maïs au Canada au printemps 2012

 

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires