Statistiques sur la consommation des aliments en 2005

Ottawa (Ontario), 24 octobre 2006 – Les Canadiens dans l’ensemble optent davantage pour les fruits et légumes frais dans leur régime alimentaire, mais délaissent les huiles et les corps gras, selon l’instantané le plus récent à propos de la consommation des aliments en 2005.

En moyenne, chaque Canadien a consommé 39,4 kilogrammes de fruits frais l’an dernier, par rapport à 37,6 kg l’année précédente et 36,0 kg en 1995. Par ailleurs, la consommation de fruits transformés (en conserve, surgelés ou séchés) a légèrement diminué pour se fixer à 8,0 kg par personne.

Les pommes ont représenté environ le cinquième de la consommation de fruits frais. Chaque Canadien a consommé en moyenne 7,6 kg de pommes l’an dernier, en hausse par rapport aux 6,8 kg en 2004. Si les bananes, les oranges et les raisins ont encore la faveur des Canadiens, d’autres fruits comme les mangues, les limes, les papayes et les ananas gagnent en popularité.

De plus, les Canadiens ont consommé davantage de légumes frais, à l’exception des pommes de terre fraîches qui n’ont plus la cote.

En moyenne, chaque Canadien a consommé 68,9 kg de légumes frais en 2005, en baisse par rapport aux 69,4 kg enregistrés en 2004. Cependant, la consommation de légumes frais (exception faite des pommes de terre) a augmenté, passant de 39,8 kg par personne en 2004 à 40,5 kg par personne l’an dernier. Pendant que de nombreux légumes appréciés comme les carottes et les oignons ont gagné en popularité en 2005, la consommation de tomates reculait légèrement.

Au total, la consommation de pommes de terre a chuté ces dernières années, passant de 33,9 kg par personne en 1995 à 28,5 kg par personne l’an dernier. En 2005, la production agricole de pommes de terre a dégringolé de 18,2 %, soit un recul beaucoup plus considérable que celui de 8,2 % enregistré dans les exportations. Cette situation a eu pour effet de restreindre l’offre à la consommation et de faire bondir les prix.

En outre, tandis que 56 % de la consommation totale de pommes de terre se rapporte aux pommes de terre fraîches cuisinées, 44 % de cette consommation consiste en des produits transformés comme les frites surgelées ou les croustilles. Le fait que les Canadiens cuisinent moins de pommes de terre fraîches explique essentiellement la baisse de la consommation totale de pommes de terre.

L’an dernier, chaque Canadien a consommé en moyenne 15,8 kg de pommes de terre fraîches achetées, en baisse par rapport aux 16,8 kg enregistrés l’année précédente. Il y a une décennie, la consommation moyenne de pommes de terre fraîches s’établissait à 21,8 kg par personne. La consommation de croustilles se chiffrait à 2,5 kg par personne, tandis que celle des frites surgelées se fixait à 6,4 kg par personne, soit des données qui témoignent d’un maintien de la consommation dans ces deux cas.

La consommation de beurre et de margarine des Canadiens, tout comme celle d’huiles à salade ou à friture, a régressé pour se fixer à 21,4 kg par personne. Cette consommation était à 21,7 kg en 2004, soit en dessous du sommet de 22,4 kg atteint en 1998.

L’utilisation totale d’huiles et de corps gras a augmenté au fil du temps, particulièrement au cours des années 1990. L’utilisation accrue d’huiles à salade et de shortening par les ménages ou dans les restaurants sous forme de vinaigrettes, de fritures ou de produits de boulangerie comme les biscuits, les pâtisseries, les pains de fantaisie et les croissants ont fait croître l’utilisation totale.

En 2005, la consommation de poisson s’est légèrement accrue pour s’établir à 6,8 kg par personne. Bien que cette donnée témoigne d’une hausse par rapport à la consommation de 2004 ainsi qu’à celle enregistrée il y a 10 ans, la consommation était inférieure à celle de 2003, laquelle se chiffrait à 7,1 kg. La consommation de poisson semble être relativement stable au cours de la présente décennie.

En 2005, le taux de consommation calorique par personne a diminué de 1,1 %. La consommation calorique est demeurée stable au cours de la présente décennie, à la suite d’une croissance relativement rapide pendant les années 1990.

Le numéro de 2005 de Statistiques sur les aliments, vol. 5, no 2 (21-020-XIF, gratuit), est maintenant accessible en ligne à partir du module Publications de notre site Web. Choisissez Publications Internet gratuites, puis Agriculture.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires