Les perles du Rendez-vous laitier AQINAC

Certaines interventions des conférenciers du Rendez-vous laitier 2016 de l’AQINAC portent à réfléchir.

« Est-ce que le consommateur est “trop éloigné” de la ferme… ou est-ce que le producteur est “trop éloigné” du consommateur? »

Melodie Chan

Melodie Chan

Ayant grandi en ville dans une famille traditionnelle chinoise, la vétérinaire Melodie Chan, responsable des Services techniques vétérinaires de la division bovine, équine et génomique chez Zoetis Canada, est à la fois sensible à la cause agricole et consciente des préoccupations des consommateurs. Elle nous rappelle que nous avons chacun notre perception et qu’il faut être conscient que l’autre a sa propre perception. Comme le dit un proverbe japonais, « Le verso a aussi un verso. » Autrement dit, la perception du consommateur s’est éloignée de la réalité agricole. Les consommateurs et les producteurs ont toutefois des points en commun, comme les valeurs familiales et l’attrait du bonheur. Pour rétablir les ponts, Mélodie Chan incite les producteurs à partager leurs histoires. Il faut trois histoires positives pour contrecarrer une histoire négative.

« Je propose une corvée nationale pour réduire les coûts de production. »

Daniel-Mercier Gouin

Daniel-Mercier Gouin

Titulaire de la Chaire d’analyse de la politique agricole et de la mise en marché collective à l’Université Laval, le professeur titulaire Daniel-Mercier Gouin aime bien terminer ses conférences portant sur la gestion de l’offre en indiquant le ou les principaux points à travailler pour renforcer notre système de gestion de l’offre. Grand défenseur de la gestion de l’offre car elle offre la plus grande stabilité et les meilleurs prix à la production, Daniel-Mercier Gouin affirme qu’il y a un risque de s’asseoir sur ce confort. C’est pourquoi il exhorte les producteurs à mieux contrôler l’endettement, les coûts et de garder de meilleures marges de sécurité. Certains producteurs ont vécu très difficilement la baisse du prix du lait de 8% en 2015. Qu’en serait-il avec une baisse de 15 (France), 29 (États-Unis) ou 45% (Nouvelle-Zélande)? Selon le professeur Gouin, une corvée nationale de diminution des coûts de production amènerait une baisse du prix du lait national, ce qui rendrait moins intéressant notre marché pour les autres pays. Ceci aiderait dans le cas de l’entrée du lait diafiltré.

« On se disait que ce serait trop cher, mais avec l’augmentation de productivité, on ne se pose même plus la question. »

Jonathan Beaudet

Jonathan Beaudet

De quelle dépense parle le producteur laitier Jonathan Beaudet de la ferme Ste-Sophie? Située à Sainte-Sophie-de-Lévrard, au Centre-du-Québec, la ferme Ste-Sophie inc. est détenue par huit propriétaires. En 2009, la joyeuse équipée qui se considère comme une coopérative décidait d’améliorer les performances à tous les points de vue : dans les bâtiments comme aux champs. Pour s’améliorer, la famille s’est concentrée sur quatre points principaux :

  1. Se mesurer et ne pas se fier aux impressions.
  2. Se comparer.
  3. S’entourer d’intervenants passionnés et de confiance.
  4. Travailler sur les critères d’efficacité.

C’était justement du troisième point que Jonathan Beaudet disait autant de bien et en particulier de la visite hebdomadaire du vétérinaire, la même journée que la visite du « nutritionniste ».

« L’important est le taux de gestation et non le taux d’insémination. »

Stephen LeBlanc

Stephen LeBlanc

Les outils technologiques en reproduction sont utiles pour améliorer le taux de gestation, a expliqué en conférence le professeur titulaire à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Guelph Stephen LeBlanc. Mais ne confondez pas taux de gestation et taux d’insémination.

« Il est préférable de garder les veaux dans des groupes de moins de 10. »

Jodi Wallace

Jodi Wallace

Ça vous surprend? Dans sa conférence sur le logement des veaux, la vétérinaire Jodi Wallace, propriétaire de l’Hôpital vétérinaire de Ormstown, explique que les veaux individuels sont plus stressés. Une recherche de l’Université de Colombie-Britannique a démontré que les veaux en paires mangent plus de grains et ont un gain de poids plus stable. Les veaux individuels sont plus peureux. Ils arrêtent de manger lorsque survient un stress. Une autre étude, en Suède cette fois, a comparé des groupes de 6 à 9 veaux, comparativements à des groupes de 12 à 18 veaux. Les groupes de 12 à 18 veaux avaient plus de maladies respiratoires et leur gain moyen quotidien était plus faible.

« Nos plans de construction étaient déjà faits, mais on s’est fait conseiller d’aller voir d’autres systèmes. »

Marc-André Roy

Marc-André Roy

Marc-André Roy de la ferme Jal Royal de Disraeli raconte que le projet de la construction d’une étable pour 100 vaches attachées était ficelé. Toutefois, un intervenant leur conseil d’aller voir les autres sytèmes disponibles avant de prendre une décision définitive, ce que les propriétaires Marc-André Roy et Nancy Lefebvre n’avaient pas fait. Ils finissent par installer deux robots de traite. La morale de cette histoire est de regarder l’ensemble des options lorsque vient le temps de construire un nouveau bâtiment d’élevage. Aujourd’hui, les producteurs ne reviendrait pas en étable entravée.

« Ne faites pas ce que je fais… Faites ce que je dis. »

Le secret de la réussite de Marc-André Roy en stabulation libre a été trois formations sur la taille des onglons. Il n’y croyait pas au début, mais il le recommande fortement aujourd’hui. En traite robotisée, une vache doit avoir des pieds et membres en santé pour qu’elle se rende régulièrement au robot.

Le Rendez-vous laitier AQINAC a eu lieu le 30 mars dernier à Drummondville. Il a regroupé 484 participants, dont 129 producteurs (27%).

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires