Comment bien choisir une variété de pomme?

En premier, il faut s’assurer de la mise en marché. Il faut faire la distinction entre la mise en marché direct au kiosque et la mise en marché de gros, selon Monique Audette copropriétaire du Verger du Lac de Dunham en Estrie. La réponse du consommateur sur le circuit court n’est pas garante d’un succès sur le marché de gros.

Commercialisant exclusivement pour le marché de la grande distribution, Monique Audette consulte d’une part son emballeur pour déterminer les futures plantations, et se fie aussi aux résultats du RECUPOM.  Le RECUPOM est un réseau d’essais de cultivars et de porte-greffes chapeauté par plusieurs intervenants du milieu pomicole québécois qui évalue et diffuse les données de nouvelles variétés adaptées à notre climat. Pour obtenir les fiches de cultures des nouvelles variétés ou les fiches d’information, cliquez ici. Selon elle, cet outil précieux est encore méconnu des producteurs de pommes du Québec.

La pomme de demain

Yvan Duchesne, propriétaire du Verger de la Montagne de Mont-Saint-Grégoire en Montérégie, commercialise une partie de ses pommes sur le circuit court. Il collabore avec un groupe de 30 producteurs qui soutiennent le conseiller en agroenvironnement Roland Joannin dans son travail d’hybridation d’essais privés de cultivars appelés « la pomme de demain ». Plus de 500 variétés inédites sont testées dans son verger et évaluées directement au kiosque de la ferme. « On mesure ainsi facilement le pouls du client, c’est assez direct », affirme Yvan Duchesne.

Malgré de petits succès, le groupe arrive, après plus de 20 ans, à un premier résultat concret avec la variété Rosinette. Une autre variété très prometteuse également issue de ce programme local d’hybridation pourrait devenir la nouvelle coqueluche des consommateurs.

Cet article est un extrait de « Si la qualité va, tout va », parus dans le Bulletin des agriculteurs, mars 2010.

à propos de l'auteur

Éditeur et rédacteur en chef

Yvon Thérien est agronome et éditeur et rédacteur en chef au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires